Présent dans de nombreux pays, le paludisme est une des premières causes de maladie et de mortalité dans le monde. En France, il touche chaque année plus de 3000 personnes revenant de voyages, avec une dizaine de décès.
L’Afrique est la zone du monde la plus à risque.

Qu’est-ce que c’est ?

  • Une parasitose transmise par un moustique, qui pique de la tombée de la nuit au lever du jour. Une seule piqûre peut suffire.
  • Une maladie à début brutal, qui évolue parfois très vite vers des complications graves, voire la mort (uniquement pour l’espèce Plasmodium falciparum). Il ne faut jamais la négliger !

Les signes évocateurs sont : fièvre à plus de 39°C, maux de tête, sueurs, frissons, courbatures. Si ces signes persistent plus de 6 heures, il faut consulter le jour même.

Bien soigné, on guérit très vite, sans séquelles.
Il est impératif d’avoir recours à une protection efficace pour diminuer le risque de contamination.

Comment se protéger ?

  1. Protection contre les moustiques dès 18h et toute la nuit
    1. Dormez sous moustiquaire imprégnée.
    2. Utilisez des répulsifs peau. Ils sont recommandés en fonction de l’âge et adaptés chez la femme enceinte. Il est souhaitable de prendre un avis spécialisé
    3. Utilisez des répulsifs vêtements et/ou voilages (en spray ou en trempage)
    4. Portez des vêtements clairs à manches et jambes longues.
    5. Utilisez des bombes et spirales insecticides.
    6. Utilisez des diffuseurs électriques ou à piles.
    7. Climatisez pour diminuer l’agressivité des moustiques.
  2. Traitement préventif du paludisme
    Selon la durée de votre séjour, de la région visitée, de la saison ou encore d’autres critères, un médicament peut vous être prescrit par un médecin spécialiste de médecine des voyages lors de votre consultation à l’Institut Bouisson Bertrand.
  3. Consultez en urgence en cas de fièvre de plus de 39°C
    Rien ne protège à 100%. Consultez en urgence en cas de fièvre à plus de 39°C pendant le voyage et dans les 3 mois suivant le retour en signalant votre voyage.
  4. Traitement de réserve
    Un traitement de réserve peut être prescrit dans certaines circonstances, mais ne doit être utilisé qu’exceptionnellement (accès médical à plus de 12 h de trajet). C’est un point qui pourra être discuté-en avec un médecin spécialiste de médecine du voyage de l’Institut Bouisson Bertrand.